Vous êtes ici

Montagnes russes vs. Grands huit

Tout le monde connaît les montagnes russes et les grands huit. Ils font à la fois peur et rêver, les petits comme les grands. Mais savez-vous faire la distinction entre ces deux attractions ?

Une brève histoire des montagnes russes

La paternité des montagnes russes serait attribuable à un jeu originaire de Russie (d’où leur nom) : les participants dévalaient, dans des sortes de luges, des montagnes de bois d’une vingtaine de mètres et recouvertes de neige (ou de glace). Puis, vers 1880, le concept s’exporta aux États-Unis où il fut reprit par les compagnies ferroviaires qui invitèrent le public, hors des horaires de circulation, à accéder aux trains. À l’époque, ceux-ci avançaient – ou plutôt tombaient – le long des rails sous l’effet de la gravité. À peu près dans le même temps, dans l’hexagone, un homme d’affaires entreprend la construction de manèges basé sur le même concept, en utilisant un mélange à base de cire (à la place de la neige, plus rare en France qu’en Russie) pour faciliter la glisse. Quelques années et innovations plus tard, les montagnes russes telles qu’on les connaît aujourd’hui voient le jour. Le Parc Astérix possède son lot de montagnes russes comme le Tonnerre de Zeus, une chute vertigineuse sur un circuit plein de vagues et de virages, ou encore le tout nouveau Pégase Express, qui vous emmène vers l’avant puis vers l’arrière, le tout sur un circuit de près d’un kilomètre formé de virages, de montées et descentes fulgurantes.

Billetterie : Achat billets et places pour le parc astérix

La particularité du grand huit

Le grand huit est un dérivé des montagnes russes qui se distingue par son circuit, initialement en forme de 8 (d’où le nom de cette attraction) puis dans des formes de plus en plus complexes. Aujourd’hui, les circuits des grands huit se tordent, se bouclent, s’entortillent et bien pire, pour le plus grand plaisir du public amateur de sensations fortes. Retrouvez les grands huit du Parc Astérix dont Osiris qui vous lance dans des virages et des vrilles à 40 mètres du sol, la tête à l’envers et à 90 km/h, ou encore le Goudurix, célèbre pour son plongeon à 75 km/h et ses sept loopings.